Orateur(s)
Anne-Michèle JANSSEN, Ingénieur Architecte, Chargée de cours, ULg & HELMo - Gramme

Les bases de données de matériaux en vue d'une bonne évaluation environnementale des constructions : l'exemple du Vorarlberg

Résumé
Le sujet évoqué ce midi à notre table soulevait notamment la question importante des matériaux de construction qui ne produisent pas - ou que peu - de CO2, non seulement comme matériaux en tant que tels, mais aussi comme matériaux mis en oeuvre. Pour évoquer ce thème plus que d'actualité (alors que se déroule la COP21), nous accueillions Anne-Michèle Janssen (Ingénieur Architecte, Chargée de cours, ULg & HELMo - Gramme) qui a abordé de grandes questions telles que :
- Les analyses de cycle de vie pour une vision globale : comment et sur quelle durée ?
- L'évaluation environnementale : comment le matériel répond à certaines caractéristiques et que permet-il de faire ?
- Le matériau idéal : doit-il être naturel ? Sain ? Ecologique ? ...

Il existe plusieurs réglementations (PEB, EIE), mais celles-ci ne tiennent pas compte de l'impact au niveau de la production ni de la fin de vie d'un matériau. L'objectif serait dès lors de compléter les certificats actuels, et ceci notamment au niveau de l'impact environnemental en CO2.

S'appuyant sur l'exemple du Vorarlberg (Autriche), notre oratrice a également attiré l'attention sur l'importance de l'éducation et du comportement de l'utilisateur, tout en soulignant le caractère essentiel d'un unique objectif; celui de consommer le moins possible. Il ne s'agit donc pas de performance en tant que telle dans une logique de système ou de technique, mais bien d'une intelligence d'utilisation du bâtiment dans sa globalité.  
Aujourd'hui, on peut déplorer le fait de ne pas disposer d'informations fiables pour évaluer la qualité d'un matériau et il serait important de pouvoir simplifier la démarche indispensable pour être performant. Une démarche qui, se voulant complète, rassemblerait bases de données, analyse du cycle de vie (ACV) et certification, comme c'est le cas au Vorarlberg.

Ci-dessous les slides de notre oratrice.

Afin de garantir la qualité environnementale de leurs produits, les fabricants de matériaux peuvent réaliser une "Environmental Product Declaration" (EPD). Cette démarche, parfois longue et coûteuse, est absolument essentielle pour toute analyse de cycle de vie des bâtiments. Mais même si les EPD doivent respecter certaines normes ISO et se veulent généralisables au niveau européen, les unités fonctionnelles utilisées peuvent varier, de même que les limites du système étudié.
Par ailleurs, différentes bases de données des matériaux utilisables dans différents logiciels d'ACV existent déjà (Ecoinvent, Ecobilan, etc.), mais chacune développant ses propres indicateurs et méthodologies d'évaluation.

Au Vorarlberg (Autriche), l'Energie Institut développe, depuis 2008, une base de données disponible en ligne, le "Baubook", qui permet d'obtenir une ACV complète sur 3 indicateurs principaux, via un outil spécifique, Eco2soft.

Ainsi, la présentation fera le point sur la nécessité d'obtenir une base de données, fiable et généralisable, pour les matériaux de construction. Et par l'exemple du Vorarlberg, avec son expérience et son expertise en terme d'efficience énergétique des bâtiments, nous pourrons définir les enjeux mais surtout les opportunités, tant pour les producteurs de matériaux que pour les acteurs de la construction qui se verront bientôt imposer ces nouvelles obligations.