Orateur(s)
Panel d'intervenants

Biohacking : quel modèle, quels enjeux ?

Résumé
A l’origine de notre rencontre sur le biohacking : la volonté, après 10 ans d’activités, de WBC Incubator (l’incubateur wallon des sciences du vivant) de ré-interroger le modèle sur lequel a été pensé l’incubateur. Son Directeur, Serge Pampfer, fin observateur et acteur du monde des biotech depuis de nombreuses années, constate aujourd’hui la profusion des foyers d’innovation dans ce secteur. Des foyers d’innovation qui incluent tout un chacun dans un mouvement de démocratisation du savoir et de la science. Une forme d’innovation ouverte basée sur des modèles davantage collectifs et participatifs, reflets d'une nouvelle économie, également plus créative.
Après avoir posé le cadre de sa réflexion et exposé les grandes lignes de son projet d’extension de WBC Incubator par la mise en oeuvre d’un WBHL (Wallonie Biotech Hacking Lab), Serge Pampfer a cédé la parole aux différents intervenants réunis pour leur expertise ou leur expérience en matière de tiers-lieux et hacker space.

Antoine Burret, tout d’abord, auteur de « Tiers-Lieux… et plus si affinités » nous a permis de clarifier ce que recouvre le terme « tiers-lieu » en nous livrant son approche sociologique de ces nouvelles configurations sociales où prime notamment la notion de service et où les biens matériels cèdent la place aux biens immatériels.

Jonathan Ferooz, Fondateur de DIYbio Belgium, a alors mis en perspective ces notions-clés, caractéristiques de ces nouveaux espaces de création, eu égard au domaine « du vivant » à travers son expérience au sein de DIYbio, premier biohackerspace en Wallonie. Parlant d’une révolution silencieuse, il nous a fait mesurer la vague de fond qui est en train de se produire, alors que cette tendance semble se répandre. Ce faisant, il n’a pas manqué de pointer les atouts de la Wallonie pour se positionner sur ce terrain alors que notre région compte de nombreux acteurs en biotech.

Charles Cuny-Crigny, conseiller stratégique en développement durable, chargé d’études chez Cide-Socran et fondateur du ClubEFC.be, s’est ensuite penché sur le modèle économique d’une telle initiative dans le secteur des biotech tout en pointant les piliers du modèle (externalités, effet ciseau, dynamique coopération et logique servicielle) , avant de céder la parole à Isabelle Daguerre, Juriste et conseillère chez Picarré. Cette dernière a attiré notre attention sur les implications de tels modèles sur les droits de propriété intellectuelle. Une question qui est évidemment apparue épineuse, notamment pour les entreprises participant à la rencontre. Il s’agit en effet d’offrir un cadre contractuel qui convienne à toutes les parties et, en particulier, aux industriels pour qu’ils puissent s’associer à ce genre de dynamique. Un vaste sujet sur lequel une rencontre LIEGE CREATIVE pourrait à nouveau être consacrée prochainement.

La rencontre fut dense et porteuse d’une belle énergie ! Une occasion sur laquelle capitaliser pour mener un pas plus loin la réflexion sur un tel projet qui doit nécessairement mobiliser un ensemble d’acteurs citoyens, publics mais aussi et surtout privés ! Avec son potentiel, la Wallonie pourrait se positionner comme porteuse d’Innovation en la matière en se montrant pionnière dans la mise en place d’un bio hacking lab axé sur la résolution collective d'enjeux de société.

 


 

Tiers-lieux, BiohackerLabs, Fablabs, Hackerspaces, Médialabs, Living labs…. de quoi s’agit-il exactement ?

Que représentent ces modèles inspirés du concept de "l'innovation ouverte" qui vise à renforcer la capacité des acteurs territoriaux et économiques à s’allier pour mettre plus rapidement sur le marché des produits et services nouveaux, attractifs et compétitifs ?  

Inscrits dans la tendance de fond dite de "l’économie collaborative", ces modèles préfigurent d’une nouvelle forme de coopération, axée sur le citoyen et les utilisateurs, et affiche un succès parfois impertinent.

A partir des travaux dédiés de 4 intervenants spécialistes, nous vous proposons de mettre en discussion le sujet des tiers-lieux, en particulier lorsqu'ils s'attaquent "au vivant" (avec notamment le témoignage de Do-it-Yourself Bio - DIYBio Belgique). Nous nous intéresserons à ces innovations de rupture sous l'angle de l'analyse économique, en interrogeant également leurs implications sur les droits de propriété intellectuelle.

Les intervenants
Serge Pampfer, Managing Director, WBC Incubator (à l’initiative de l’événement)
Antoine Burret, Auteur de "Tiers-lieux… et plus si affinités" et co-Fondateur, POC Foundation   
Jonathan Ferooz, Fondateur, DIYbio Belgium
Charles Cuny-Crigny, Chargé d'études, Cide-Socran & ClubEFC.be
Isabelle Daguerre, Juriste, Conseillère PI, Picarré

! Cette rencontre se déroulera à La Chapelle (rue Lambert Lombard 5 | 4000 Liège).

Avec le partenariat de WBC Incubator.