Orateur(s)
Daniel Faulx Professeur (Faculté de Psychologie, ULiège)
Cécile Van de Weerdt Coordinatrice du Green Office (ULiège)
Catherine Henrist Enseignante et chercheuse (GreenMAT, ULiège)
Eric Englebert Chef de projet Développement durable (Safran Aero Boosters)
Serge Rangoni Directeur général (Théâtre de Liège)

Comment favoriser le développement durable au sein des organisations ?

Résumé

Cette rencontre-conférence était l’occasion d’entendre les partages d’expérience de Safran Aero Boosters, du Théâtre de Liège et de l’ULiège sur les stratégies et moyens mis en place pour sensibiliser le personnel (et les étudiants) aux enjeux du développement durable, tout en bénéficiant aussi de l’approche de Daniel Faux, Professeur de psychologie sociale (ULiège) qui a permis de caractériser les différents types d’actions-leviers en fonction de l’implication qu’elles demandent (notamment).

Cécile Van de Weerdt, Coordinatrice du Green Office (ULiège), a démarré les échanges en rappelant les 3 missions essentielles de l’ULiège (Recherche, Enseignement, Service à la société) et l’importance de son implication dans les enjeux liés à la Transition.
Pour booster le développement durable (DD), les universités créent des Green Offices (plateforme créée en janvier 2020 à l’ULiège), dont l’enjeu est d’installer une nouvelle culture de la durabilité. L’ADN de ces Green Offices est de lier la sensibilisation à l’action.
Une enquête menée auprès des étudiants a permis de construire un programme d’engagement innovant autour de 6 piliers : la sensibilisation, l’intégration, l’action, la communication, l’imagination et au milieu de tout ça, l’espoir.
L’important étant de créer un effet de masse, une plateforme numérique collaborative a été créée pour rassembler la communauté. Aussi, l’ULiège partage ses bonnes pratiques et permet une réplication du programme d’engagement pour augmenter l’impact et booster le changement culturel des campus.

Catherine Henrist, Enseignante et chercheuse au GreenMAT (ULiège), a ensuite présenté quelques exemples d’actions concrètes des projets Campus durables mises en place sur le terrain :

  • Réduction et traitement des déchets , vidéo de sensibilisation, collectes de bouchons, de matériel électronique, et de bio déchets, en collaboration avec la Ville de Liège pour leur traitement en bio méthanisation ;
  • Alimentation : installation de fontaines à eau à différents endroits, organisation de petits déjeuners durables, organisation d’une version campus du festival Nourrir Liège.

D’autres exemples issus de l’enseignement ont été cités : intégration du DD dans les cours, animation dans les auditoires où on calcule, avec les étudiants, leur empreinte carbone, création d’un cours de chimie et de DD, mise en place de formations courtes pour les nouveaux enseignants, le personnel, les doctorants et les étudiant, et élaboration en cours d’un projet de certificat.

Eric Englebert, Chef de projet Développement durable chez Safran Aero Boosters, a raconté la genèse du DD chez Safran, avec, en 2019, la création de la Direction du DD et la sélection de 10 objectifs (évolutifs) sur lesquels travailler prioritairement.
Il a détaillé 3 objectifs pour lesquels la Direction du DD a mis des actions en œuvre : l’énergie, la mobilité, la biodiversité.
Eric Englebert a souligné l’importance de l’accompagnement par des experts. Chez Safran, l’implication du personnel est également favorisée au travers de l’organisation de différents évènements, en interne, pendant la semaine du DD notamment : conférences, séances d’information par ProVélo, ateliers la Fresque du climat, challenge innovation participative sur les thématiques ODD...

Enfin, Serge Rangoni Directeur général du Théâtre de Liège, a expliqué les tenants et aboutissants du projet STAGES (Sustainable Theatre Alliance for a Green Environnemental Shift), né d’une réflexion avec des partenaires européens, pendant l’arrêt complet du secteur culturel durant la pandémie, pour savoir comment la culture pouvait évoluer et rendre les théâtres plus durables. En effet, dans un théâtre, plusieurs éléments posent problème en termes de durabilité  :

  • Le bâtiment (ancien et énergivore) ;
  • La production (fabrique de costumes, de décors ponctuels, après usage on les jette) ;
  • La circulation (présentation des spectacles à l’étranger) ;
  • La venue des spectateurs au Théâtre (ce qui constitue le plus grand impact).

Le projet STAGES, qui regroupe 12 partenaires et 2 partenaires associés, est structuré autour de 3 axes :

  • La transformation : auto-analyse des institutions partenaires en vue d’améliorer leurs pratiques en termes de durabilité. Le protocole « Getting into the Doughnut » a mené à l’établissement de 28 actions à mettre en place au Théâtre de Liège ;
  • L’incubation : production et création artistique ;
  • La germination : recherche et développement artistique en lien avec des scientifiques et diffusion auprès du public.

Serge Rangoni a conclu en évoquant le projet pilote « no travel » visant à faire des spectacles dans différents théâtre sans voyager, via un protocole transmis aux artistes « locaux ». Aussi, il a annoncé le démarrage du projet « Rêvons Liège en 2030 », mené en partenariat avec l’ULiège, pour rêver, faire rêver et recueillir des idées nouvelles pour le territoire.

Le Professeur de psychologie sociale Daniel Faulx (ULiège) a clôturé les échanges en complétant ces témoignages par d’autres exemples d’actions possibles, comme le développement d’un apprentissage organisationnel.

Il a rappelé les 3 grands axes des ODD (environnementaux, économiques, sociaux) et a souligné l’importance pour une organisation qui souhaite initier une démarche de DD de d’abord déterminer un ou plusieurs axes - le QUOI. Il s’agit ensuite de créer du leadership et de faire adhérer, motiver, enrôler, engager.

S’agissant du COMMENT, il a présenté plusieurs types de stratégies dont les stratégies froides, qui ne nécessitent pas de véritable engagement / participation du personnel (panneaux sur le toit, chaudière à pellets...) et les stratégies chaudes, pour lesquelles on a besoin de l’implication du personnel / de la modification des comportements (lutter contre la pollution numérique). L’idéal est de mélanger les deux.

Les 4 familles de stratégies ont ensuite été abordées et illustrées avec des exemples :

  • L’approche ciblée correspond aux campagnes de communication et de sensibilisation, aux formations sur le DD, etc.
  • L’approche diffuse consiste à introduire les questions de DD dans des actions non-dédicacées au DD et déjà présentes dans l’organisation (par exemple, introduire du DD dans un cours de chimie)
  • L’approche environnementale, ce sont les nudges (des coups de pouce pour changer les comportements)
  • L’approche organisationnelle, plus large et générale

Ces approches ciblée, diffuse, environnementale et organisationnelle s’inscrivent dans la matrice ci-dessous, selon deux axes : les actions ad hoc ou intégrées d’une part, une approche explicite ou contextuelle d’autre part.

Il a conclu avec les 5 leviers de l’apprentissage organisationnel qui sont les suivants ; la diffusion des connaissances relatives au initiatives de DD, la culture d’apprentissage sur le DD, le leadership axé sur l’apprentissage dans le domaine du DD, le soutien organisationnel aux initiatives de DD et la gestion stratégique des connaissances et des apprentissages en DD.

Retrouvez ci-dessous les présentations de cette rencontre :

À travers des notions comme l’impact environnemental et l’empreinte écologique, la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) par rapport à leur environnement physique et social devient une préoccupation incontournable. De nombreux outils et indicateurs existent d’ailleurs en Belgique qui incitent les entreprises à essayer de maximiser leurs efforts pour viser un développement durable.

Si les choix stratégiques des organisations (investissements, partenariats, production, gestion des ressources humaines…) constituent un point essentiel pour atteindre un tel objectif, ces orientations stratégiques ne porteront leurs fruits que si chacun, au sein de son institution/entreprise, devient un acteur de cette politique.

Lors de cette rencontre-conférence, nous entendrons les témoignages de 3 organisations (Safran Aero Boosters, le Théâtre de Liège et l’ULiège) qui partageront leurs expériences et les moyens mis en place pour sensibiliser le personnel (et les étudiants dans le cas de l'ULiège) aux enjeux du développement durable et les rendre actifs face à ces enjeux.

Le Professeur de psychologie sociale Daniel Faulx (ULiège) complétera ces témoignages avec des exemples d’autres actions possibles, comme le développement d’un apprentissage organisationnel.

Visant le partage d’expériences pour s’enrichir les uns les autres, cette rencontre-conférence sera une source d’inspiration pour que chacun devienne acteur du développement durable au sein de son organisation.