Orateur(s)
Valery Broun Chef de Service Electronique (HEPL, Province de Liège)
Fabian Lenartz Chercheur (ISSeP)
Coraline Radermecker PhD Student (Cellular and Molecular Physiology, GIGA-R ULiège )

Des capteurs pour surveiller la pollution atmosphérique : un enjeu de santé publique

Résumé

Avec nos trois intervenants, nous avons focalisé notre attention sur un enjeu majeur de santé publique, la pollution aérienne, et les différentes techniques d'analyse et de mesure, développées par l’HEPL et l’ISSep, pour évaluer ses différents impacts.

Coraline Radermecker, doctorante au GIGA-ULiège, a tout d'abord expliqué le fonctionnement de nos voies respiratoires face aux particules d’air et des différents gaz mis en cause aujourd’hui, ainsi que les sources de ces éléments et l’impact concret, en terme de chiffres et de mécanisme, de ce type de pollution sur notre santé. Après avoir énoncé les expériences menées dans le laboratoire du GIGA, en collaboration avec l’équipe du professeur Didier Cataldo, elle a ensuite établi le lien particulier qu’il pouvait exister entre l’ozone et l’apparition de maladies pulmonaires, et développé le concept des filets d’ADN en tant que cible thérapeutique pour traiter l’induction de ces maladies.

Valery Broun, Chef de Service Électronique à la Haute École de la Province de Liège (HEPL), et Fabien Lenartz, Chercheur à l’Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), sont ensuite entrés dans le vif du sujet en exposant tour à tour les différents systèmes de mesure via capteurs électroniques de ces polluants.

Nombreux schémas à l’appui, Valéry Broun a présenté le fonctionnement et les résultats de mesure des modules « low-cost » Antilopes (et de ses quatre alternatives), développés pour répondre à un besoin principal : mesurer les différents composants de pollution avec une résolution spatiale et temporelle précise, ce qui n’est pas toujours possible avec les systèmes actuellement sur le marché. Et de terminer en présentant des systèmes de mesures en extérieur liés au trafic, actuellement en cours de développement.

Fabien Lenartz a ensuite complété cette intervention par un exemple des campagnes de mesure réalisées directement sur le terrain afin de valider ces capteurs électroniques « low-cost » développés en laboratoire. Après avoir exposé différentes méthodes de référence et plusieurs types d’appareils, il s’est concentré sur une campagne en particulier, menée sur quatre territoires (Herstal, Angleur, Charleroi et Liège), pour laquelle les capteurs ont montré leur efficacité. Il a clôturé sa présentation en dévoilant les résultats d’une recherche sur les différences effectives existant entre les données de pollution pré, pendant et post-covid.

Cette rencontre, à la croisée de réflexions de l'ordre de développements électroniques et de santé publique, a été une belle occasion de brasser des acteurs évoluant dans des univers parallèles, mais réunis par une préoccupation commune, l'air de rien !

Retrouvez ci-dessous le replay et les slides de cette rencontre :

On sait que de nos jours, la pollution aérienne constitue un risque majeur pour la santé. Les laboratoires des professeurs Marichal et Cataldo de l'Université de Liège ont notamment investigué les effets potentiels de polluants atmosphériques sur le poumon et ont démontré que l'exposition à de fortes concentrations d'ozone augmentait fortement le risque de développement d'asthme allergique, ainsi que la formation de métastases pulmonaires.

La mesure des polluants atmosphériques classiques (oxyde d'azote, ozone, particule fine) est néanmoins aujourd'hui facilitée par l'évolution des capteurs et de l'électronique. Dans ce cadre, plusieurs types de systèmes de mesure, accessibles, ont été conçus et mis au point par la HEPL et son centre de recherche associé, le CECOTEPE.

Au cours de cette rencontre, plusieurs d’entre eux seront présentés ainsi que les résultats de mesure en environnement contrôlé et en conditions réelles. Pour illustrer ces résultats, les mesures enregistrées par différents réseaux de surveillance de l’ISSeP avant, durant et après la période de confinement seront notamment analysées pour évaluer l’impact de cette période sur la qualité de l’air. Enfin, le champ des utilisations potentielles des systèmes économes sera évoqué en fonction de la nature des paramètres mesurés et des objectifs de qualité des données rencontrés par ces appareils.

Afin de favoriser les échanges, cette rencontre-conférence en ligne est prévue pour 25 participants. Le lien pour accéder à la conférence vous sera communiqué quelques jours avant l'événement.