Orateur(s)
Jean-Pierre Chisogne General Manager (CE+T Energrid)
Quentin Ramon Business Developer (Engie Sun4Business)

«Energy Communities» : la révolution des circuits courts appliquée aux marchés de l’électricité

Résumé
Liées aux réflexions autour des énergies renouvelables, il fut question, ce midi à LIEGE CREATIVE, des communautés d’énergie renouvelable.

Ce sujet, que nous avions déjà abordé lors de notre conférence axée sur la blockchain pour développer les échanges « peer to peer » avec David Vangulick (PhD ULiège), a bénéficié, cette fois de l’éclairage de deux entreprises actives dans le domaine de l'énergie, une PME et un "géant" ( CE+T Energrid et Engie) qui ont pu démontrer leur approche commune de ce mouvement émergent.

Quentin Ramon (Business Developer - Engie Sun4Business) a d’abord rappelé la vision d’Engie quant à la transition énergétique; une vision que l’on peut résumer à travers 4 D (Décentralisation Décarbonisation Digitalisation et Demande). Après avoir présenté la société CE+T Energrid, Jean-Pierre Chisogne (General Manager) a introduit la séance en rappelant une observation désormais évidente : le réseau électrique a fondamentalement changé ! Si ce constat n’aura surpris personne, nos deux intervenants ont tordu le cou à quelques idées très souvent véhiculées : certes, la décentralisation de la production implique la décentralisation de la gestion, mais les communautés d’énergie renouvelable n’ont pas vocation à remplacer les gestionnaires de réseau. Au contraire, à travers leur exposé, nos orateurs ont démontré dans quelle mesure ces dispositifs (et les acteurs qui les développent) sont là pour accompagner les GRD. Plus encore, selon eux, la coexistence des GRD et des communautés d’énergie renouvelable est d’ailleurs la clé de voute du système. En effet, une meilleure décentralisation de la gestion de l’énergie est l’occasion, pour les GRD, de développer un réseau d’énergie plus efficient et à moindre coût (les investissements devant être moindres). Autre croyance à laquelle Jean-Pierre Chisogne tord le cou : non, les entreprises (ou les privés) ne vont pas progressivement se couper du réseau. Il suffit de se rendre compte de la durée d’ensoleillement dont nous avons par exemple bénéficié en janvier, pour en être persuadés !

En fin d’exposé, le projet pilote Mérygrid a été présenté, en soulignant notamment les avantages engendrés par la mise en place de cette communauté d’énergie, pour les entreprises qui en sont les « acteurs ». L’échange qui a suivi l’exposé a été très nourri, question de futur de ce mouvement de transition énergétique. Rappelons en outre qu’un décret est actuellement en cours de rédaction, qui devra définir le cadre légal de ces communautés d’énergie (tarification,…).

 

Découvrez ci-dessous les slides de la présentation :


 

Cette rencontre est maintenant complète. Pour vous inscrire sur liste d'attente, merci d'envoyer un mail à info@liegecreative.be.
 
Dans le cadre du développement de plus en plus massif des énergies renouvelables intermittentes pour la production d’électricité se pose la question de la flexibilité du système électrique dans son ensemble (réseaux, producteurs et consommateurs).

En effet, dans un système électrique, la production doit à tout moment être égale à la consommation. Or, les éoliennes et les installations photovoltaïques ne produisent pas toujours au moment ou la consommation l’exige, ce qui impose d’introduire de la souplesse (on parle de flexibilité) dans la chaine. Ceci pour éviter les congestions sur le réseau d’une part ou un manque d’énergie d’autre part.

 

Cette flexibilité peut prendre plusieurs formes dont les imports/exports, la modulation de la production des grandes centrales de production ainsi que le stockage et la gestion de la demande.

 

Ces deux derniers aspects font l’objet de toutes les attentions aujourd’hui et le concept de micro-grid ou d’energy community apporte une réponse élégante et efficace qui permettra de développer intelligemment et au moindre coût un stockage et une gestion de la demande de façon locale et distribuée.

 

Cette rencontre-conférence s'inscrit dans le sillage de la démarche "Des campus verts, une Université durable" qui traduit les engagements de l'Université de Liège en faveur des 17 ODD.