Orateur(s)
Alain Dassargues Professeur en Hydrogéologie & Géologie de l'Environnement (ULiège - ArGEnCo)
Mathieu Leroy Ingénieur de projets (Bureau Greisch)

La géothermie, une opportunité énergétique ?

Résumé

Cette rencontre-conférence a démarré avec l’intervention d’Alain Dassargues qui nous a partagé les bases de l’hydrogéologie, la perméabilité des sols, et particulièrement la constitution d’aquifères, essentiels à la production d’énergie géothermique. Pour faire usage de cette énergie, un gradient géothermique est utilisé pour calculer la température dans le sol : la chaleur de la terre peut être utilisée, selon différentes profondeurs, différents types de géothermies avec différents systèmes de forages.
En Europe, et surtout en Région Wallonne, le succès de la géothermie demeure relatif, faute de popularité et d’investissements privés.
Pourtant, grâce à la géothermie, on peut chauffer et refroidir un bâtiment en puisant l’énergie de la terre. L’idée est d’obtenir une chaleur constante, qui est utilisée grâce à des circuits ouverts ou fermés. Ces derniers présentent tantôt des avantages, tantôt des inconvénients, selon les cas.
A Verviers, les cartes hydrogéologiques témoignent de la présence d’un sol peu perméable et donc, davantage disposé à recevoir l’application de circuits fermés plutôt que de circuits ouverts.
 
Mathieu Leroy, nous a quant à lui partagé, le processus de développement de projet géothermique. Il est nécessaire d’étudier au préalable le bâtiment, ses fonctions, ses usages, ses besoins énergétiques, le tout, en collaborant étroitement avec les utilisateurs, les différents corps de métiers liés à la conception de bâtiments, afin d’établir un équilibre thermique. Il est ensuite primordial d’analyser la conductivité du sol.
Il propose également d’élargir le champ de travail à une échelle plus grande que celle d’un bâtiment, à celle d’un quartier. Il cite l’exemple du Grand Bazar, à Verviers. Le Bureau Greisch a réalisé un audit énergétique du bâtiment permettant d’estimer les besoins énergétiques et de proposer des pistes d’amélioration énergétiques et environnementales.  Le Bureau a élaboré des budgets, étudié des temps de retour sur investissement et des impacts environnementaux et énergétiques des solutions en vue de conseiller au mieux le maître de projet sur les pistes les plus pertinentes. L’une d’entre elles porte sur l’utilisation de l’énergie géothermique. Selon l’analyse, l’usage de la géothermie pourrait couvrir plus de 80% des besoins en énergie du bâtiment.  Une vision plus large pourrait même être donnée, selon des résultats d’études de pompage dans le sous-sol. Elle pourrait mener à la création d’un réseau de chaleur urbain. La densité énergétique du site ainsi que la présence potentielle d’énergie fatale à proximité sont des éléments favorables.

Retrouvez ci-dessous les présentations de cette rencontre :

Et si la chaleur provenant du ventre de la Terre était une solution à nos problèmes actuels en énergie ?

La géothermie (chaleur de la Terre) rassemble l’ensemble des applications permettant de récupérer la chaleur contenue dans le sous-sol ou dans les nappes d’eau souterraines. Le principe consiste à extraire de l’énergie contenue dans le sol pour l’utiliser sous forme de chauffage ou d’électricité. Énergie renouvelable, non polluante et gratuite, cette source d’énergie est remise au goût du jour au vu de la lutte contre le réchauffement climatique.

À partir d’études de cas concrets ou à l’état de projet, cette rencontre-conférence permettra de présenter les principes et les avantages de cette technologie, de découvrir un projet ambitieux en phase exploratoire dans deux bâtiments emblématiques de la ville de Verviers.