Orateur(s)
Guirec Ruellan PhD (Faculté des Sciences Appliquées, Département ArGEnCo, Techniques de constructions des bâtiments - ULiège)
Thierry Laureys Co-Fondateur (Coopérative Corénove)

La rénovation énergétique du bâti : aussi une question sociale

Résumé

Régulièrement convoqué lors de nos rencontres-conférences liées à la problématique énergétique, le thème de la rénovation énergétique du bâti est un rebond à la conférence de l’année dernière sur le rôle des ménages dans la transitions énergétique.

Nos deux orateurs ont aujourd’hui identifié une partie des freins et incitants face aux défis que représente la réduction d’une consommation énergétique au niveau de l’habitat en général, en portant une attention particulière à l’approche socio-économique.

[2:34] Guirec Ruellan, doctorant en Faculté des Sciences Appliquées (ULiège) et architecte, a démarré les présentations en posant le contexte général du stock bâti et de la rénovation énergétique en Wallonie, dans lequel le bâtiment représente le principal gisement d’économie d’énergie. Une part non négligeable de la population wallonne (plus de 20%) est concernée par la précarité énergétique et n’a pas les moyens de se chauffer correctement... ni donc d’envisager des travaux de rénovation.

Il est important, selon lui, de passer d’une logique technico-économique, centrée sur l’objet, à une logique d’usage centrée sur l’occupant, ce dernier étant le premier acteur de la consommation dans le bâtiment et donc le premier levier a mobiliser pour rénover.

Après avoir abordé l’effet rebond et son corolaire, l’effet prébond, et avoir expliqué que le gain énergétique théorique d’une rénovation énergétique, même si amputé de ces deux effets restait positif, il a également souligné les bénéfices non négligeables de la rénovation sur la santé et donc sur les coûts liés à la santé.

Aussi, de nombreuses études sur le sujet présentent les faits suivants :

Il y a une corrélation entre les catégories de population et l’efficacité du bâti ;

  • La première raison pour laquelle on décide de rénover est le confort (par exemple, un important indicateur de confort immédiat est l’installation de double vitrage), devant d’autres déclencheurs comme le côté environnemental ;
  • Il y a des moments-clés lors des quels ils est plus simple de rénover, comme l’achat du bâtiment, par exemple. Il est important d’identifier et d’encourager ces moments ;
  • La simplification du parcours du combattant de la rénovation, à toutes les étapes de la démarche (informations, auditeurs, entrepreneurs...) est cruciale. La création d’un « one stop shop » serait une bonne solution.

Pour Guirec Ruellan, nous sommes dans un moment charnière dans lequel la rénovation énergétique a toute sa place et c’est maintenant qu’il faut se mobiliser pour mettre en œuvre un changement d’échelle dans la rénovation énergétique du bâti.

[25:07] Thierry Laureys a ensuite présenté la coopérative Corénove (Coopérer - Rénover) dont il est le co-fondateur. Corénove, dont l’objectif est d’activer un marché de rénovations profondes et globales du bâti existant en Wallonie, fait preuve d’une expérience novatrice, en mobilisant les citoyens via un service gratuit. Créée en 2018, Corénove travaille avec 22 communes POLLEC et est engagée pour réduire les émission de CO2 en agissant localement pour rénover les bâtiments. Corenove active des financements mixtes, publics et privés et les entreprises sélectionnées cofinancent le projet.

La méthode d’accompagnement personnalisé de chaque citoyen et les étapes de l’opération -de la sélection des entreprises locales, à la réalisation et suivi des travaux et au bilan chiffré en passant par l’audit logement et les devis des entreprises- ont été expliquées, ainsi que l’importance de proposer de nouveaux modes de financement qui permettraient de donner accès à la rénovation à une grande catégorie de la population, dont :

  • le scenario d’autofinancement positif, avec un gain énergétique dépassant le montant de remboursement du prêt ;
  • la formule de prêt sur 50 ans, lié au bâtiment (et aux économies d’énergie) et non à l’occupant.

Une des difficultés rencontrée par Corénove est liée à l’offre ; les entreprises locales sont débordées de travail.

Aussi, Corenove a déposé, avec le Centre Scientifique Technique de la Construction, un projet de recherche Living Lab pour, entre autres, trouver des outils de communication vers les citoyens et les entreprises pour les motiver à se lancer dans une rénovation globale. Les premiers résultats sont attendus en juin 2022.

Retrouvez le replay et les slides de cette rencontre ci-dessous :

La rénovation énergétique du bâti est inhérente à toute volonté de transition énergétique. Régulièrement convoqué lors de nos rencontres-conférences liées à la problématique énergétique, ce thème qui représente de nombreux enjeux sera au cœur d’une réflexion partagée par deux voix convergentes.  

Guirec Ruellan, doctorant en Faculté des Sciences Appliquées (ULiège), posera le contexte général du stock bâti et de la rénovation énergétique en Wallonie tout en nous rappelant l’importance de passer d’une logique technico-économique, centrée sur l’objet, à une logique d’usage centrée sur l’occupant.

Thierry Laureys, co-fondateur de la coopérative Corénove, croisera son expertise avec celle de Guirec Ruellan. Engagée pour réduire les émission de CO2 en agissant localement pour rénover les bâtiments, Corénove fait preuve d’une expérience novatrice, en mobilisant les citoyens.

Ensemble, ils identifieront les motivations et les blocages face aux défis que représente la réduction d’une consommation énergétique bien trop importante au niveau de l’habitat en général. Et ce, alors que les coûts de l'énergie deviennent de plus en plus variables, fragilisant les revenus les plus faibles, qui éprouvent souvent des difficulté à accéder aux primes.

Afin de favoriser les échanges, cette rencontre-conférence en ligne est prévue pour 25 participants. Le lien pour accéder à la conférence vous sera communiqué quelques jours avant l'événement.