Orateur(s)
Julien Pelletier Project Engineer (Memoco)
Philippe Judong Responsable de Projets (AREBS)
Olivier Bontems Directeur des Equipements, des Participations et Energie (IDETA)
Maïté Mawet Conseillère Cellule énergie (Cabinet du Ministre Philippe Henry)

Le décloisonnement des secteurs de l’énergie au service d'un quartier : projet pilote à Seraing

    Résumé

    Cette rencontre-conférence a débuté avec l’intervention de Maîté Mawet, conseillère à la Cellule énergie du Cabinet du Ministre Philippe Henry. Elle a introduit le sujet en expliquant que les communautés d’énergie reposaient sur le concept important de participation ouverte, volontaire et autonome de ses membres pour faciliter la transition énergétique via une appropriation de l’énergie par le citoyen.

    Il existe deux types de communautés d’énergie : les communautés d’énergie citoyennes et les communautés d’énergie renouvelables (CER). Leur principal point commun se trouve dans l’objectif de fournir des avantages communautaires, environnementaux, économiques ou sociaux aux participants ou en faveur des territoires locaux où ces communautés exercent leurs activités plutôt que de générer des profits financiers.

    En revanche, les communautés d’énergie renouvelables échangent de l’énergie exclusivement renouvelable et reposent sur le concept de proximité des installations de production, contrairement aux communautés citoyennes où le type d’énergie n’est pas précisé et dont les membres peuvent être situés à différents endroits de Wallonie, sans notion de proximité.

    Différentes activités peuvent être exercées par les communautés d’énergie : la production et la fourniture d’électricité (elles se focalisent sur le partage avec les différents membres), l’autoconsommation d’électricité produite, le partage d’électricité produite par les installations dont elles sont propriétaires, la participation à des services de flexibilité, le stockage d’électricité, la fourniture de services pour la recharge des véhicules électriques ainsi que d’autres services liés à l'efficacité énergétique et la vente de l’électricité produite non autoconsommée et non partagée.

    Les CER peuvent comprendre différents vecteurs renouvelables comme l’électricité, la chaleur ou le gaz vert. Les CEC peuvent combiner plusieurs types d’énergies (par ex : fossile et renouvelable).

    La révision du décret « électricité » et du décret relatif à l’énergie thermique aura pour but d’inciter les acteurs locaux à consommer l’énergie produite localement. Dans le cadre actuel, un partage de surplus n’est pas possible.

    Il n’y a pas de notion de propriété mais bien une notion de contrôle (bail, leasing,…) sur l’installation de production.

    Le plan de relance de la Région Wallonne prévoit la création de 34 communautés d’énergie afin d’analyser en détail les besoins des communautés et voir quels outils doivent être développés.

    Olivier Bontems, Directeur des équipements, des participations et énergie chez IDETA, a enchaîné avec l’explication du projet Hospigreen, une communauté d’énergie renouvelable existante à Tournai.

    Ce projet pilote est séquencé en différentes phases avec un nombre croissant de participants sur divers sites concernés. 

    L’objectif de ce projet était de faire évoluer la communauté et tester un certain nombre de mécaniques. Les membres de cette communauté étaient issus du secteur de la santé : un centre hospitalier, une maison de repos et une maison de soins du CPAS.

    L'enjeu était de taille: comment rester dans le même régime d’utilisation avec une augmentation du périmètre électrique ? 

    Une configuration avec entrelacement des réseaux a donc été mise en place. La communauté est donc scindée en deux. Il est important d’avoir un accès aux données des membres mais aussi à l’historique de production pour simuler les bons dimensionnements et ainsi rechercher un optimum énergétique et économique.

    Les énergies renouvelables dépendent des conditions atmosphériques. La communauté doit avoir à disposition des moyens de production pour combler les manques et éviter les surcharges. En effet, personne ne consomme exactement la même chose d’une année à l’autre. Il est donc très compliqué de gérer les variations de consommation individuelle. C’est pourquoi, si on n’a pas une communauté homogène avec des membres qui partagent des valeurs communes, ça ne fonctionnera pas. Il faut pouvoir accepter, à un certain moment, que le voisin gagne un peu plus. Il est important de faire signer une charte d’adhésion au projet pour conscientiser les futurs membres de la communauté. L’élément essentiel dans une communauté, c’est le facteur humain !

    L’étape suivante du projet sera d’intégrer deux PME locales pour décloisonner les parties prenantes et essayer de travailler sur une autre mécanique de répartition. L’objectif sera de changer le mode de répartition et d'augmenter leur consommation pour couvrir les besoins des nouveaux arrivants.

    Le troisième intervenant, Julien Pelletier Ingénieur de projet (Memoco), a poursuivi avec l’explication du projet SmartACC, solution complète hardware & software d’Energy Management System destiné aux communautés énergétiques.

    Le projet vise à développer des logiciels gestionnaires de CER et des dispositifs 4G permettant de relier deux réseaux distincts pour l’optimisation des communautés.

    Ils ont plusieurs partenaires. Ils travaillent avec des PME et des bâtiments mixtes (consommations d’énergies plus importantes).

    Ils garantissent un équilibre entre innovation, expertise technique et adaptation aux contraintes et infrastructures existantes.

    Les logiciels sont mis à jour au fur et à mesure des différents développements.

    Philippe Judong, responsable de projets (AREBS), a recentré le propos sur le projet de Smart District multi énergie associant un réseau de chaleur, des solutions de mobilité électrique et une CER.

    Il s’inscrit dans le cadre du Master Plan de Seraing.

    Le bureau d’étude, Arcadis, a été sollicité pour créer un quartier bas carbone muni d’un réseau de chaleur et d’une communauté d’énergie renouvelable qui fonctionne sur base d’installation de bornes de recharge électrique.

    Ce projet est multi-acteurs, multizones et multi-énergies (renouvelable).

    Le périmètre de l’étude se trouve dans le quartier de Trasenster et le parc d’activité économique LD

    L’étude d’Arcadis portait sur la création d’un réseau de chaleur, son coût, son plan financier, son scénario juridique légal... C’est donc bien plus qu’un projet, c’est le devenir du quartier.

    L’objectif de la mission et de l’étude :

    • Etudier la faisabilité de transformer le quartier de Trasenster et le parc LD en un Smart district ou quartier intelligent dans l’optique des Smart Cities,
    • Etudier la faisabilité d’un réseau de chaleur, d’une CER et de l’installation de solutions de mobilité électrique au sein du quartier de Trasenster et du futur parc économique LD géré par la SPI,
    • Etablir un scénario de rénovation énergétique et d’approvisionnement énergétique durable sous forme de réseau de chaleur et/ou communauté d’énergie renouvelable (production d’électricité),
    • Atteindre les objectifs climatiques via un projet économiquement rentable, favorisant l’indépendance énergétique locale et améliorant la résilience du territoire

    Retrouvez ci-dessous les slides de la rencontre :

    Le décloisonnement des secteurs de l’énergie au service d'un quartier : projet pilote à Seraing | LIEGE CREATIVE, 28.10.2021 from LIEGE CREATIVE

    Suite à l'impulsion européenne, de nouvelles formes de partage d'énergie vont bientôt voir le jour en Europe et notamment en Wallonie. L'objectif poursuivi par l'Europe est d'accélérer la transition énergétique en plaçant le consommateur et la décentralisation de la production d'électricité au cœur de la stratégie énergétique européenne. La mise en place de « Communautés d’énergie », renouvelables ou citoyennes fait partie intégrante de cette stratégie.

    Les Communautés d’énergie reposent sur leurs participants. Ceux-ci peuvent être de type résidentiel ou professionnel ; être actifs ou passifs par rapport à leur consommation ; être producteur d’électricité (PV) ou consommateur, voire les deux.

    L’objectif principal d’une communauté d’énergie est "de fournir des avantages environnementaux, économiques ou sociaux à ses actionnaires ou à ses membres plutôt que de rechercher le profit".

    Après plusieurs mois de réflexions, d’études et d’analyses approfondies, l’étude de faisabilité visant à la transformation énergétique intelligente du quartier d’Ougrée-Trasenster et le parc d’activité économique LD touche à sa fin. L’étude porte sur l’analyse de faisabilité d’un projet de partage d’énergie multi-vecteurs entre différents acteurs de terrain et situé sur différentes zones.

    Grâce à plusieurs partages d’expériences, comme le projet HospiGREEN à Tournai ou le projet Smart Autoconsommation Collective (SmartACC), cette conférence permettra de faire état des différents projets de partage d’énergie en Wallonie, de comprendre leurs contextes et ainsi de voir comment il est possible de décloisonner les vecteurs de l’énergie au profit d'un quartier.

    Suivant les mesures actuellement en vigueur, le Covid Safe Ticket sera requis pour participer à toute rencontre-conférence LIEGE CREATIVE.
    Plus d’info sur le protocole sanitaire d'accès à nos rencontres-conférences