Orateur(s)
Manuel Colasse Directeur (Colasse sa)
Grégory Mahy Professeur Ordinaire, Responsable Unité de Recherche Biodiversité et Paysage (ULiège)

Le développement durable au service d'un management innovant

Résumé

« Mes employés restent trop tard au boulot, je dois trouver le moyen de les faire quitter plus tôt pour éviter les burn-out J », c’est avec ce constat partagé sur le ton de l’humour que Manuel Colasse (Directeur chez Colasse SA) a débuté son intervention.

 

Après avoir présenté le cœur de métier de son entreprise, spécialisée dans la lumière et ses technologies, il en est venu aux valeurs de celle-ci : innovation, service client, développement durable, qualité et excellence, et épanouissement du personnel. Il a tenu à souligner que, dans le secteur de niche qu’occupe l’entreprise, la rapidité, l’autonomie et l’excellence de son personnel sont des aptitudes-clés.

Et de souligner que lorsqu’on décide de mettre le développement durable au centre des valeurs d’une entreprise, toutes les actions entreprises sont impactées par ce choix.

 

Il a ainsi évoqué les différentes actions menées au quotidien au service de cet enjeu, démontrant notamment qu’intérêt économique et écologique peuvent faire « bon ménage ». Citons notamment la politique de tri et de valorisation des déchets, à cet égard.  Égrenant les principes sur lesquels reposent les valeurs de l’entreprise, il a pu mettre en évidence comment, en instaurant un climat de confiance, Colasse SA mobilise la pleine motivation de ses employés et atteint largement ses objectifs.

 

Comment appliquer les piliers du développement durable dans l’entreprise ?

 

Après l’exposé de Manuel Colasse, amenant des solutions quant au fait d’appliquer les piliers du développement durable dans l’entreprise, Grégory Mahy (Professeur Ordinaire, Responsable Unité de Recherche Biodiversité et Paysage – ULiège) a enchainé avec sa présentation basée sur la relation entre la biodiversité (une des composantes du développement durable) et les business écosystèmes.

« Amener la biodiversité là où on ne l’attend pas », tel pourrait être le credo du Professeur.

Pour illustrer cette motivation qu’il a chevillée au corps, il a détaillé deux projets particuliers, menés dans des environnements très différents. Et ce, avec une approche basée sur les écosystèmes (prenant en considération toutes les relations entre tous les acteurs).

 

Il a présenté deux projets en particulier :

Tout d’abord, un partenariat dans le secteur extractif ; un secteur a priori peu friendly d’un point de vue « biodiversité ».

Partant du fait que certaines espèces ne vivent qu’en milieu carrier, le challenge fut de parvenir à créer une relation win-win pour les deux écosystèmes (business et biodiversité).

Pour répondre à cet enjeu : un plan d’action a été élaboré prenant en compte la biodiversité, les humains et l’économie.

Une des premières démarches fut d’interroger les personnes travaillant en carrière quant aux valeurs qu’ils accordent à leurs écosystèmes.

Et le résultat les amena à constater que les employés avaient une conscience assez élaborée des services remplis par les écosystèmes de la biodiversité (notamment les intérêts de se préoccuper de ceux-ci en terme d’éducation, de recherche scientifique, de bien-être…)

Capitalisant sur une prédisposition naturelle à s’intéresser à la biodiversité des sites, le parti a été pris d’internaliser la gestion et le suivi du respect de la biodiversité dans le management. Surtout ne pas l’externaliser !

 

Deuxième exemple : celui du Grand Hôpital de Charleroi, où le challenge était de concilier un projet technologique moderne avec une friche et toute sa biodiversité. Comment ne pas faire que de la co-existence, mais plutôt de l’interactivité. Ici aussi, le parti pris fut de miser sur la biophilie de chacun et, finalement, avec des moyens simples privilégiant la formation (et non l’information), de créer une réelle dynamique grâce à une interactivité centrée sur le respect et l’approche de la biodiversité des lieux. Un jardin thérapeutique a notamment vu le jour, amenant sérieusement à prendre en considération les liens entre biodiversité et santé. Un bel angle d’approche qui considère l’humain (parfois souffrant de pathologies graves) dans son écosystème naturel.

Travailler sur la valeur ajoutée de la biodiversité par/pour les employés crée un joli cercle vertueux. Telle fut la démonstration très convaincante du Professeur Mahy ce midi.

 

Retrouvez ci-dessous les slides de la présentation :

 

Biodiversité et activités économiques sont deux enjeux réconciliables dans des stratégies win-win.

 

Les projets du groupe biolandscape de l'ULiège (biolandscape.eu) le prouvent, en explorant différentes stratégies de biodiversité dans la gestion d'activités économiques.

De même, l’entreprise sérésienne Colasse applique déjà une logique de management innovant en mettant l’agriculture urbaine au service de l'entreprise et ses employés.

 

Comment le développement durable peut-il aider la gestion de votre entreprise ?

 

Venez le découvrir lors de cette conférence qui se veut inspirante pour développer de nouvelles pratiques.

Manuel Colasse, directeur de l'entreprise Colasse à Seraing et Grégory Mahy, responsable de l'Unité de Recherche Biodiversité et Paysage de l'ULiège, viendront partager leur expérience, les opportunités et les contraintes d’un management éco-logique.

 

On (s')inspire

La programmation de LIEGE CREATIVE repose sur les principes de l’intelligence collective.

Ainsi, nous vous proposons de prolonger cette rencontre-conférence par un court moment de réflexion pour identifier, ensemble, de futurs sujets à programmer en lien avec la thématique et répondant à vos préoccupations.