Orateur(s)
Virginie Civrais Directrice (St'art)
Catherine Dormal Responsable des expositions (Centre Culturel de Seraing)
Amina El banouti Fondatrice (Utopia restaurant)
Benjamin Gaugué Fondateur (Utopia restaurant)

Le potentiel économique des industries culturelles et créatives : un vivier sérésien

Résumé

Cette rencontre avait pour but de mettre en avant les atouts des industries culturelles et créatives encore jugées comme secondaires en termes d’économie et d’emploi.

[2:07] Virginie Civrais, directrice du fond d’investissement St’art, a commencé par expliquer la génèse de leur fondement qui s’adresse à tous les types de PME en Wallonie et à Bruxelles. Il y a plus de 10 ans, leur but était d’investir dans le secteur des ICC via des outils de financements tels que le prêt. Leur volonté était de faire un effet levier pour entraîner le secteur privé à s’intéresser à l’environnement des ICC.

Aujourd’hui, St’Art a pour mission d’encourager l’émergence et la croissance des entreprises culturelles et créatives en visant un impact positif sur l’économie et l’emploi ainsi que la diffusion et l’exportation de la création belge.

Virginie Civrais a ensuite resserré son propos sur l’exemple du Prêt Culture réservé aux institutions cuturelles. Celui-ci va leur permettre de se projeter loin dans l’avenir (jusqu’à 20 ans) en opérant des investissements importants. Ceux-ci auront un impact sur le développement du territoire via, par exemple, la création de lieux ou la rénovation d’infrastructures.

Le problème n’est pas de voir petit mais de voir très loin !

L’enjeu est de définir le modèle économique et de voir comment il s’insère dans le tissu local.

Pour un développement cohérent et concerté, les villes et communes sont évidemment éligibles. Concernant la Ville de Seraing, elle est positionnée de façon stratégique, en plein milieu de l’Eurégio et proche de Liège. Son Master Plan promet à la ville de devenir une zone d’influence culturelle.

Suite au constat du manque de salle de 1500 places à l’échelle de l’Euregio, le bâtiment de l’OM a fait l’objet d’une politique de réhabilitation. Il avait une place particulière au cœur du master plan urbanistique de par sa situation et son cachet historique. Sa rénovation permettra d’augmenter l’attractivité du territoire et de fournir une offre de service à nos voisins territoriaux.

L’impact sur le territoire sera clair via :

  • La sauvegarde du patrimoine,
  • La rénovation urbaine,
  • L’amélioration énergétique du bâtiment,
  • Le développement sur l’emploi et les compétences déployées,

De manière plus indirecte, on pourra remarquer un effet d’entraînement/de débordement appelé « spillover effects », c’est-à-dire les retombées économiques sur le reste des activités et du territoire. Cela pourra aussi favoriser des innovations et les interactions entre les différents domaines des ICC.

[20:15] Catherine Dormal, animatrice au Centre Culturel de Seraing, est revenue sur les raisons qui permettent à un artiste de pouvoir vivre de son art. Voici ses recommandations :  

1/ Travailler sans relâche. Le graffeur PSOMAN, connu internationalement, a commencé à dessiner un dessin par jour pour s’entraîner et s’améliorer.

2/ Avoir un bon réseau. Avoir les bons contacts permet d’ouvrir les bonnes portes au bon moment. Au-delà de la sphère privée, il s’agit aussi d’avoir un réseau de structures d’accompagnement qui permettent aux artistes d’être bien entourés. Exemple : Alpi, les Mompreneurs, Job’In…

Attention il ne faut pas s’isoler. Le talent et la sympathie de Michael Blaise lui ont permis de participer aux évènements de la ville et d’avoir beaucoup de commandes.

3/ Avoir de l’audace, de la confiance en soi, oser se jeter à l’eau. Pascal Missoten, photographe nature sérésien qui fait partie du King club photo, passe des heures dans la nature pour nous offrir des clichés splendides et travaille en partenariat avec l’émission du « jardin extraordinaire ». Il exposera dans le restaurant Utopia lors le parcours d’artistes « Montmartre à Seraing ».

4/ Avoir un public cible : ne pas rester chez-soi, aller à des expositions, des marchés de créateurs. Il faut favoriser les rencontres et se rendre compte que les créations plaisent à un public. C’est comme ça que Sandrine Soyez, créatrice de doudou, a développé son activité.

Elle exposera chez Inspiré décoration durant le parcours d’artistes « Montmartre à Seraing ».

5/ Croire en son projet : une condition nécessaire mais pas suffisante. Louis Leloup, maître sérésien dans l’art du cristal, connu dans le monde entier, quittera les cristalleries du Val Saint Lambert en 1971 et ouvrira son propre atelier.

Catherine Dormal a ensuite expliqué le rôle du centre culturel en regard de ces 5 recommandations :

  • Développer la créativité (travailler sans relâche)
  • Accueillir de nouveaux artistes (audace)
  • Mettre les artistes en relation (réseau)
  • Mettre les artistes au contact du public
  • Valoriser leur travail (croire en son projet)

Pour découvrir tous ces artistes sérésiens, n’hésitez pas à nous rejoindre le 12 et 13 juin prochain pour l’évènement « Montmartre à Seraing ».

[38:04] Amina El banouti et benjamin Gaugué, fondateurs du restaurant écoresponsable Utopia, travaillent en circuit court avec des producteurs locaux pour explorer une cuisine plus créative aux différentes saveurs du monde. Ils se sont inspirés de leur expérience passée à Bruxelles et de leurs nombreux voyages pour fonder leur restaurant.

À travers leur dynamique écologique, ils ont comme objectif d’atteindre le zéro déchet dans quelques années.

Ils voulaient créer un lieu où l’on organise des concerts, des prises de paroles, des expositions, des ateliers d’écriture/de cuisine pour enfants et des initiations au potager. Tout cela dans un but de sensibilisation, de transmission et de partage.  

La naissance d’Utopia vient de leur engagement social, écologique, et de leur amour pour l’art et les rencontres. C’est un retour à la créativité, la simplicité et la bienveillance. « Utopia restaurant » est un espace d’expérience et d’expression où il fait bon vivre.

Une fête de la musique sera organisée le 20 juin prochain avec la volonté de mettre en avant des artistes Liégeois.

Retrouvez ci-dessous le replay et les slides de la rencontre :

Encore jugées comme secondaires en termes d’économie et d’emploi il y a une dizaine d’années à peine, les industries culturelles et créatives (ICC) font aujourd’hui l’objet de nombreuses politiques européennes, nationales ou régionales qui reconnaissent leur impact positif sur la relance économique, sur l’identité et l’attractivité des territoires.

Les entreprises dites créatives - ou culturelles - représentent une multitude de métiers dans des domaines très variés. La passion, le talent, la création et la culture sont au cœur de ces activités.

Le champ des ICC n’a pas fini d’évoluer. Les activités deviennent de plus en plus multidisciplinaires et hybrides, et ne cessent de jeter des ponts vers les autres secteurs de l’économie.

Face à ce constat, le Hub créatif de Seraing souhaite mettre en avant les atouts de ce type d’industries, notamment pour le territoire sérésien.

Virginie Civrais, Directrice du Fonds d’investissement St’art invest, nous partagera son point de vue sur la manière dont les industries culturelles et créatives peuvent inciter au (re)déploiement économique d’un territoire et comment St’art agit en ce sens.

Catherine Dormal, animatrice et responsable des expositions au Centre Culturel de Seraing, mettra en lumière le vivier artistique au travers de l’évènement « Montmartre à Seraing, parcours d’artistes » qu’elle organise en collaboration avec le Syndicat d’initiatives de la Ville.

Nous recevrons également, les fondateurs du restaurant Utopia (restaurant éco-responsable, lieu d'activités et d'événements culturels),  Benjamin Gaugué et Amena El banouti qui nous partageront leurs « bonnes pratiques » et leur expérience du vivre ensemble au travers leurs nombreux projets.

Le lien pour accéder à la conférence vous sera communiqué quelques jours avant l'événement.