Orateur(s)
Michel Getlichermann, Sustainability & Product Manager Europe, Derbigum

L’économie circulaire : processus d’avenir ? Cas, applications et observations chez Derbigum.

Résumé

L’épuisement des ressources naturelles, le changement climatique et l’extension urbaine sont aujourd’hui de vrais défis auxquels Derbigum essaie de répondre par une offre de produits plus durables.

En effet, chez Derbigum, le processus d’économie circulaire a été initié depuis le début des années 1990 et ce grâce à l’engagement de leur conseil d'administration mais également de l’ensemble de la société.

Pour optimiser leur processus de production, cette entreprise s'appuie sur deux piliers. D’une part, la durabilité de leurs produits est prouvée et garantie à minimum 30 ans. D’autre part, ils misent sur la « green innovation », c’est-à-dire la volonté de toujours réduire l’impact environnemental. Aujourd’hui, la société a réduit de 42% ses émissions de CO2.
Une autre stratégie est le cradle-to-cradle : le fait de n’avoir aucun déchet de production et de récupérer les matériaux en fin de vie. Derbigum a d’ailleurs remporté l’Award EMAS européen en récompense à leurs efforts.

Notre orateur Michel Getlichermann a terminé son intervention par le constat suivant : au-delà du succès technologique, le succès commercial de leurs produits à base de matières recyclées ou à base de matières premières renouvelables est aujourd’hui mitigé. S’il est vrai que ceux-ci rencontrent un succès auprès d’une certaine niche de clients, le prix de ces matériaux reste un frein. Il est donc important de conscientiser les pouvoirs publics et les particuliers au fait que l’utilisation des produits recyclés a une réelle plus-value.


Retrouvez ci-dessous la présentation de notre orateur :


L’Europe ne regorge pas de ressources naturelles. A défaut de ressources, il faut des idées.
On le sait, l’idée la plus mise en avant est aujourd’hui l’économie circulaire.

Si l’idée est séduisante, elle n’a du sens qu’à certaines conditions : il s’agit de régler les aspects techniques, normatifs et commerciaux. Il faut aussi que le bilan environnemental de ce processus soit positif. Le succès de ce processus est également circulaire. Il faut créer un cercle vertueux où l’ensemble des parties prenantes s’implique.

Au niveau de Derbigum, le processus d’économie circulaire a été initié au début des années 1990. Grâce à l’engagement de l’ensemble de la société, y compris le conseil d’administration, les aspects techniques ont été optimisés et réglés par le développement d’un équipement de recyclage approprié et le développement de membranes d’étanchéité de qualité, incluant les matières secondaires retraitées.

Quid du développement commercial et de la volonté des autorités publiques à favoriser, à qualité équivalente, des produits issus de cette économie circulaire ? N’oublions pas que l’activité de retraitement des membranes bitumineuses est gage de pérennité pour l’entreprise en terme de matières mais également d’emploi.

Bouclons la boucle…