Orateur(s)
Prof. Philippe DUBOIS, Centre d’Innovation et de Recherche en Matériaux Polymères & Materia Nova asbl | UMONS

Nanocomposites polymères : témoignage macroscopique de l’effet nano

Résumé

Hier soir, à l’occasion de notre rencontre en collaboration avec Bioliège, le Professeur Philippe DUBOIS (Centre d’Innovation et de Recherche en Matériaux Polymères & Materia Nova asbl | UMONS) est venu nous parler des particularités des matériaux contenant des nanoparticules.

Rappelant d’abord l’extrême petitesse des nanotubes de carbone (un nanotube de carbone est 100 000x plus petit qu’un cheveux !), notre orateur nous a présenté, films à l’appui, comment s’associent les nanoparticules entre elles pour former les nanotubes.

Il nous a ensuite présenté des cas concrets d’utilisation de ces nanotubes de carbone dans des applications industrielles, insistant sur le très faible pourcentage de nanoparticules nécessaires à produire des résultats colossaux.

Philippe DUBOIS a également insisté sur l’importance de la collaboration entre acteurs académiques et industriels, ainsi que le rôle fondamental des pouvoirs publics dans le financement de ces recherches.

Retrouvez la présentation de notre orateur ci-dessous :

Les nouveaux matériaux contribuent largement aux progrès réalisés dans notre société. Pour ne citer que ces exemples, nos ordinateurs et téléphones portables n’auraient pu voir le jour, l’imagerie médicale n’aurait pu se retrouver dans nos hôpitaux sans les avancées récentes en sciences et ingénierie des matériaux.... C’est dans ce domaine de recherche pluridisciplinaire et de convergence scientifique que les nanotechnologies parviennent à jouer un rôle majeur, souvent insoupçonné.
Pour en témoigner, nous discuterons des nouveaux nanocomposites polymères, associant plastiques et autres caoutchoucs de notre quotidien à d’infimes quantités de nanoparticules telles que nanotubes de carbone, et nous démontrerons à quel point cette association aboutit à des performances aussi remarquables qu’inattendues. Cet exposé illustrera par ailleurs l’intérêt de la collaboration entreprises-universités, en parcourant le développement d’une peinture nanocomposite "anti-biofouling" : de sa découverte sur une paillasse de laboratoire universitaire, en passant par son développement au sein d’une PME régionale, pour au final et selon toute vraisemblance se retrouver comme revêtement de protection sur la coque de la plupart des bateaux de plaisance, paquebots et supertankers.