Orateur(s)
Quentin Zune, doctorant FRIA et Marc Ongena, Maître de Recherches FNRS - Centre Wallon de Biologie Industrielle, ULg/Gembloux Agro-Bio Tech

Biopesticides : quand les biotechs se mettent au service d’une agriculture durable

Résumé

Nous recevions ce midi Marc Ongena et Quentin Zune, tous deux chercheurs au sein du Centre Wallon de Biologie Industrielle de Gembloux Agro-Bio Tech (ULg) pour aborder l'usage des produits phytosanitaires en tant qu'alternative aux pesticides chimiques. Plus particulièrement, il fut question des biopesticides microbiens qui revêtent un important potentiel pour favoriser une agriculture durable.


Au cours de leur exposé, les deux orateurs nous ont présenté l'état de l'art dans ce domaine, boosté par les développements récents apportés par les biotechnologies et les bioprocédés. Après nous avoir également rappelé ce qui définit un biopesticide et les effets positifs des biopesticides bactériens, il fut question des conditions de production optimale de ces micro-organismes. Une connaissance qui, selon les orateurs, doit encore être approfondie afin de pouvoir répondre à une série de questions au bénéfice des producteurs. Comme comprendre, par exemple, "Pourquoi certaines souches sont plus efficaces que d'autres?" ou "Pourquoi certaines autres fonctionnent bien sur certaines plantes et non sur d'autres… ?"


S'il reste beaucoup à explorer en la matière, la tendance est prometteuse comme l'atteste le fait que beaucoup d'industriels qui ne produisaient anciennement que du chimique, intègrent aujourd'hui le phytosanitaire dans leurs produits.

Retrouvez la présentation de nos orateurs ci-dessous:


Fabriqués à partir d'organismes vivants ou de produits dérivés de ceux-ci, les biopesticides représentent une des alternatives éco-compatibles les plus prometteuses pour réduire l’utilisation intensive des pesticides de synthèse. Parmi ces biopesticides, les produits d’origine microbienne (bactérie, champignon, virus) revêtent un potentiel énorme et suscitent un intérêt croissant des acteurs industriels majeurs du secteur. C’est notamment lié au fait que deux décennies de recherches ont permis de comprendre comment ces microorganismes bénéfiques agissaient pour réduire l'incidence des organismes phytopathogènes, soit en les inhibant directement, soit en renforçant le système immunitaire des plantes infectées.

Ces biopesticides microbiens présentent cependant certains inconvénients inhérents à leur nature biologique tels que l’inconstance de leur efficacité en fonctions des conditions environnementales et la difficulté de production/conditionnement sous forme adéquate et stable à long terme. Lever ces pierres d’achoppement représente un réel challenge pour les scientifiques et technologues mais c’est possible! Nous montrerons comment les développements les plus récents des biotechnologies et des bioprocédés peuvent être exploités à cet effet afin d’optimiser l’utilisation des microorganismes et/ou de leurs principes actifs pour lutter contre les ravageurs des cultures.

Afin d'en savoir plus, retrouvez l'article paru sur le site Réflexions : Biopesticides : une protection plus naturelle pour les cultures

Visionnez également la présentation de Quentin Zune lors du concours "Ma Thèse en 180 secondes" sur le site dédié à l'initiative.