Orateur(s)
Jacques Crahay, Administrateur-délégué de Cosucra - Vice-Président de l’UWE, et Stéphanie de Raikem, Accompagnatrice en Gouvernance Coopérative - Co-présidente d’ImmaTerra

Comment révéler l'intelligence co-créative et la capacité des équipes à co-construire face à la complexité ?

Résumé
Fond et forme étaient liés ce midi pour aborder l’intelligence collective et la co-construction au sein des équipes.

Au cours d'un atelier conçu de façon participative, Stéphanie de Raikem (Accompagnatrice en gouvernance coopérative) et Jacques Crahay (Administrateur-délégué de Cosucra) ont répondu à plusieurs problématiques amenées par les participants, révélatrices des questionnements liés aux modes de gouvernance et à leur évolution, vers plus de collaboration.

Jacques Crahay a ainsi partagé son expérience, lui qui, au sein de son entreprise Cosucra, a mené une importante réflexion sur la gouvernance interne. Si ce travail est toujours en cours, il a déjà démontré de nombreux effets bénéfiques et s’est accompagné, pour l’entreprise, d’un repositionnement de leur modèle d’affaire.
Respect, confiance, écoute, durabilité, agilité, résilience, efficience et non efficacité, coopération et logique de réseau… Tels sont quelques-uns des mots-clés discutés ce midi, reliés à des fortes valeurs pour faire de nos organisations des organisations porteuses de sens. Des organisations qu’il faut re penser, dans un contexte de ruptures radicales que les orateurs ont illustré à l’entame de leur exposé (rupture écologique, rupture numérique, rupture économique, rupture organisationnelle et philosophique).

De plus en plus de dirigeants prennent conscience que les « système d’exploitation » en place, basés principalement sur une organisation classique hiérarchique et fonctionnelle, ne répondent plus aux besoins actuels, du fait de la complexité, de l’incertitude et des changements continuels.
Ces « systèmes d’exploitation » ne parviennent pas en effet à intégrer les besoins grandissants d’innovation sociale, sociétale et économique : bien-être, sens au travail, intégration de l’impact du travail de l’entreprise sur l’environnement, efficience plutôt qu’efficacité, résilience, agilité, modèle économique pérenne.
 
Devant un tel chantier, ou plutôt, de tels chantiers, des pistes existent. Certaines d’entre-elles sont facilement praticables, d’autres par contre sont plus difficiles à emprunter car elles « font travailler » les individus, bousculent les croyances…

Les intervenants partageront avec vous leurs expériences, les difficultés et réussites à entreprendre et accompagner de tels changements de paradigme.