Orateur(s)
Ninon Piacere Project Leader Food Packaging (Celabor)
Angélique Léonard Professeure (Génie Chimique ULiège)
Saïcha Gerbinet Doctorante (Faculté des Sciences Appliquées, ULiège)

Ecoconception & emballages : une nouvelle source d’inspiration

Résumé
La rencontre de ce midi portait sur les emballages de nos denrées alimentaires. Plus particulièrement, ce sont les emballages plastiques qui furent au cœur des attentions, dans une approche « développement durable ».

A la tribune, nous croisions l’approche issue de l’Unité de recherche « Chemical Engineering » de l’ULiège, axée sur une analyse du cycle de vie et celle du Célabor (centre de recherche spécialisé entre autres, dans le domaine agro-alimentaire et le packagning).

Ninon Piacere (Project Leader Food Packaging - Celabor) a introduit la séance en rappelant quelques considérations générales sur les emballages et notamment, leur utilité. Effectivement, si aujourd’hui, l’emballage a mauvaise presse pour la sur-utilisation qui en est faite, celui-ci remplit bien des fonctions qui le rendent incontournable.

Au cours de sa présentation, elle s’est notamment livrée à une analyse comparative des forces et faiblesses des emballages « verre – plastique – métal ». Après avoir commenté les propriétés diverses des plastiques, Ninon Piacere s’est encore attardée sur les bioplastiques tout en détaillant les particularités des plastiques biossourcés et biodégradables.

Angélique Léonard (Professeure Fac Sc appliquées, Directrice UR Chemical Engineering) et Saïcha Gerbinet (Ingénieure de recherche, UR Chemical Engineering) ont ensuite pris le relais de l’exposé pour le couplage « environnemental ».

L’éco-conception est le fait d’intégrer l’environnement dès la phase de conception d’un produit. Les analyses de résultats démontrent que prendre en considération l’intégration de l’environnement, très tôt dans la chaine de conception, a un réel impact en minimisant le coût environnemental. Des réflexes assez évidents et simples garantissent d’atteindre cet objectif  : par ex. le choix de matériaux peu impactants et la réduction de l’emploi de matériaux, des techniques de production propres, l’optimisation du système de distribution, l’optimisation des fonctions du produit.

Il s’agit évidemment de considérer l’approche dans une visée globale.

L’analyse du cycle de vie s’avère être un outil des plus approprié pour objectiver l’impact d’un point de vue quantitatif et multicritère. Celle-ci repose sur un logiciel d’analyse.

En fin d’exposé, nos oratrices l’ont illustré avec l’étude comparative de l’impact environnemental de 3 systèmes d’emballage de viande différents dont les résultats sont dans les slides ci-dessous :


Jusqu’il y a peu, l’emballage alimentaire et plus particulièrement l’emballage plastique était bien perçu par les consommateurs car celui-ci permettait de stocker des denrées alimentaires durant de longues périodes dans un matériau souple, léger, inerte, valorisable, multifonctionnel, possédant de très bonnes propriétés barrières et pouvait être personnalisé à façon.

Depuis peu, l’emballage plastique a perdu énormément de crédit auprès des consommateurs à cause des déchets que l’on pouvait retrouver aussi bien dans les océans que sur la terre. La commission européenne a emboité le pas en demandant que les emballages plastiques soient tous recyclables en 2030. Cela est un énorme défi pour tout le secteur de l’emballage et encore plus pour le secteur de l’emballage plastique.

Le but de la conférence sera de faire le point en toute objectivité sur la situation des emballages plastiques et en démontrant comment certains outils comme « l’écoconception » peut être une source précieuse d’idées. En effet, cette écoconception permet de développer dès la première étape de développement  de nouveaux emballages avec le plus faible impact environnemental. Quelques notions d’écoconception seront exposées et appliquées sur différents projets de développement de solution d’emballages auxquelles Celabor a été associé.

Cette rencontre-conférence s'inscrit dans le sillage de la démarche "Des campus verts, une Université durable" qui traduit les engagements de l'Université de Liège en faveur des 17 ODD.