Orateur(s)
Sophie Fauconneau-Dufresne, Chercheur, ULg - LENTIC, HEC-ULg, et Grégory Jemine, Chercheur, ULg - CRIS/LENTIC, Faculté des Sciences Sociales

La place du manager dans des environnements flexibles.

Résumé
Nous nous sommes intéressés, hier midi, aux environnements flexibles dans le monde du travail, en compagnie de deux doctorants, Sophie Fauconneau-Dufresne (ULg - LENTIC) et Grégory Jemine (ULg - CRIS/LENTIC).
Après une introduction à ce concept qui s'inscrit dans un ensemble de nouvelles pratiques dites "NWOW", les deux chercheurs ont mis en évidence les principaux enjeux et les objectifs qui motivent généralement la mise en place de tels environnements flexibles (flex desk, home working, …). Si la diminution de la surface organisationnelle (et donc des coûts) apparait comme le principal objectif recherché, d'autres bénéfices sont perceptibles tels qu'une meilleure communication interpersonnelle, un meilleur équilibre (privé/professionnel), …
Nos deux experts, observateurs de terrain dans des entreprises ayant opéré ce glissement vers des environnements flexibles, auront également attiré notre attention sur différentes difficultés et problématiques connexes (résistance au changement, positionnement personnel, quid du rôle et de l'identité du manager, gestion des collaborateurs dispersés, évolution des méthodes, …).
Quand le contrôle managérial est rendu plus diffus, l'auto-contrôle tend à se renforcer et il s'agit d'y être particulièrement attentif. D'autres mécanismes sont à prendre en compte pour contrer les risques d'un sentiment d'isolement, par exemple.
Chaque culture d'entreprise colorera ce type de pratique mais on retiendra l'importance d'inscrire de façon très scrupuleuse celle-ci au coeur d'une réelle politique managériale pour éviter bien des effets pervers du système.

Cette rencontre est à présent complète. Pour vous inscrire sur liste d'attente, merci d'écrire à info@liegecreative.be.

A l’heure actuelle, plusieurs entreprises s’engagent dans des projets de changement visant à moderniser leur environnement de travail. Ces « nouvelles formes d’organisation » cherchent à encourager les pratiques de flexibilité et de mobilité de leurs collaborateurs. A cet effet, elles implémentent notamment le flex desk – ou hot-desking – qui veut que l’ensemble des espaces de travail soient mis à disposition de l’ensemble des collaborateurs. Dans ce système, le concept de bureau personnel disparaît : chacun peut s’asseoir où il le souhaite.

Notre objectif est d’étudier, dans ces contextes de modernisation, les effets de ces espaces partagés sur les managers de proximité, et de rendre compte de l’évolution des formes de contrôle de leur identité au travail et de leurs rôles.