Orateur(s)
Virginie CIVRAIS, Directeur Général, ST’ART, Antoinette GODIN, European Projects Officer, ST’ART, et Marc BOURGEOIS, Professeur, ULg - Droit, et Co-président du Tax Institute de l’ULg

Le financement des Industries Créatives et Culturelles : outils, incitants fiscaux et autres pistes.

Résumé

Ce midi, nous nous penchions sur le financement des Industries Créatives et Culturelles ainsi que sur les incitants fiscaux favorisant les investissements dans ce secteur.
Face à une audience hétérogène, à l'image du secteur évoqué, Antoinette Godin (St'Art) et Marc Bourgeois (Tax Institute, HEC-ULg) nous ont présenté les mécanismes et outils existants, utiles pour le développement d'activités dans le domaine des ICCs.

C'est autour d'une étude comparative menée sur le plan européen et visant à analyser les différents leviers en matière fiscale que St'Art et le Tax Institute se sont rencontrés. Partant d'une volonté commune de placer le culturel au coeur de l'économique, la réflexion portée par nos deux orateurs aura clairement rejoint les préoccupations de tout entrepreneur et encouragé toute ambition de soutenir l'entrepreneuriat.
La rencontre aura permis de souligner encore tout particulièrement les spécificités du champ culturel, un champ composé de réalités si diverses.

Ci-dessous, la présentation de nos orateurs.


Alors que l’accès des Industries Culturelles et Créatives (ICCs) au financement reste un enjeu majeur, ST'ART (fonds d'investissement pour les entreprises créatives) partagera le fruit de ses études sur les incitants fiscaux qui favoriseraient les investissements dans les ICCs.
Réalisées dans le cadre de projets européens, ces études comparatives ont mené ST'ART à réunir, en collaboration avec le Tax Institute (HEC-ULg), une dizaine d’experts pour échanger sur les pistes de mécanismes envisageables, d’une part, pour les PME et start-ups de manière générale et, d’autre part, pour certains sous-secteurs des ICCs aux besoins plus spécifiques.

Cette rencontre sera une occasion pour les orateurs de rendre compte de certains outils de financement et des mécanismes fiscaux qui sont déjà en place, de les évaluer pour le secteur des ICCs et d’aborder d’autres pistes possibles pour certains sous-secteurs des ICCs et pour les institutions culturelles.