Orateur(s)
Daniel MARECHAL, Head of FUND and of New Technologies, Mithra Pharmaceuticals, et Eric HAUBRUGE, Premier Vice-Recteur, ULg

Le potentiel du colza dans l'industrie pharmaceutique

Résumé
Belle illustration d'une visée industrielle de "boucle fermée", ce midi, avec la présentation de Daniel Maréchal (Mithra) et Diana Levicek (ULg Gembloux - AgroBio Tech) portant sur le potentiel du colza dans le secteur pharmaceutique.
A deux voix, nos orateurs nous ont présenté les enjeux de cette recherche collaborative mêlant plusieurs disciplines (agro, bio-tech, pharmacologie…) et soutenue par un partenariat public/privé.

Partant de la volonté de l'entreprise MITHRA, de mieux maîtriser et de sécuriser l'approvisionnement en matière première (molécule AD) ainsi que ses coûts de production, l'enjeu de cette recherche porte sur la mise en place d'une chaîne d'approvisionnement fiable en dérivés stéroïdiens, produits à partir de source végétale européenne (plutôt que d'être dépendants de l'Asie).
Avec, pour visée, la maîtrise de la production de molécules de qualité, issues de procédés verts et possédant une meilleure traçabilité.

Un projet promis à un bel avenir et révélant des perspectives économiques pour le moins réjouissantes pour notre partenaire MITHRA. On s'en réjouit!
La plupart des principes actifs entrant dans la composition des produits commercialisés par la société Mithra sont de nature stéroïdienne. Ces composés sont essentiellement produits à partir de stérols végétaux. Néanmoins, la demande de ces composés sur le marché est forte, les prix sont fluctuants et l’approvisionnement à long terme incertain. Ces molécules sont actuellement produites essentiellement en Asie à partir de soja, souvent OGM.

Mithra souhaite augmenter son indépendance vis-à-vis de cette filière et utiliser des molécules issues de procédés verts et garantissant une meilleure traçabilité. Pour ce faire, Mithra souhaite mettre en place une chaine d’approvisionnement fiable en dérivés stéroidiens produits à partir de sources végétales européennes.

Un intermédiaire clé pour la production de principes actifs stéroïdiens est l’androstene-3,17-dione (AD). Le défi technique est d’obtenir, via la mise au point de méthodes d’extraction et de purification, des composés stéroïdiens biosourcés de structure et de pureté compatibles avec leur conversion en AD dans le respect du cahier des charges de l’industrie pharmaceutique. Une recherche préalable a permis d’identifier le colza comme source végétale indigène et intarissable permettant d’extraire et de produire industriellement un ou plusieurs composés stéroïdiens d’intérêt.