Orateur(s)
Fabrice LOBET, Senior Manager | Financial & Accounting Advisory Services, Ernst & Young Réviseurs d'Entreprises SCCR

Le venture capital pour les nuls

Résumé
Merci à Fabrice Lobet (Ernst & Young) qui nous a permis, grâce à son exposé très explicite, de mieux comprendre le langage et les motivations des venture capitalist.
Concluant que l'objectif ultime de ce genre d'opération est d'aligner les intérêts du manager et ceux de l'actionnaire -au risque, dans le cas contraire, de voir le projet capoter- Fabrice Lobet nous a livré quelques conseils clés pour convaincre un investisseur privé.

Une première précision s'impose : la motivation d'un venture capitalist n'est pas de se rémunérer sur les dividendes mais bien la rémunération à l'exit. Ce qui l'intéresse donc au premier chef est que l'entreprise atteigne au plus vite sa maturité.
Rappelez-vous donc que le temps est de l'argent ! Ici encore, plus qu'ailleurs...
Montrez-vous également ambitieux et relevez les challenges que vous proposent vos actionnaires car ils y verront la preuve qu'ils peuvent avoir confiance en votre projet.
Sachez-le : un venture capitalist est d'abord convaincu par une équipe managériale en laquelle il croit, plus que par un business plan extrêmement bien présenté !
Il convient toutefois de démontrer le réalisme à long terme de votre projet et sa capacité à générer des revenus récurrents.

Enfin, pour encourager les entrepreneurs dans leur démarche, notre orateur leur rappelle ce constat primordial : " Ce que vous faites, ce n'est pas demander de l'argent, c'est vendre un projet !  Alors, vous avez le droit de vous montrer sélectifs et de négocier..."
Un site de référence : www.evca.eu
COMPRENDRE ET PARLER LA LANGUE DE L'INVESTISSEUR

Qu’il s’agisse du développement ou de la commercialisation d’un produit, le cycle de vie d’un projet implique dans certains cas une mise de fonds conséquente.  En réponse à ces besoins, une catégorie spécifique d’investisseurs s’est déployée sur le marché : les fonds de venture capital.  Au-delà de l’apport financier, ces investisseurs apportent en général une contribution importante au projet que ce soit en termes de gestion, d’accès à du financement ultérieur ou encore de signal positif vers le marché (clients, fournisseurs, autres investisseurs, etc).  Cependant, convaincre un venture capitalist - ou même comprendre ses attentes - relève souvent du parcours du combattant.  Trop de levées de fonds échouent faute de préparation et, bien souvent, le porteur de projet n’aura droit qu’à une chance.

Sur base de quels critères le venture capitalist décide-t-il ?  Comment présenter un projet en conséquence ?  Comment valoriser son projet ?  Quels sont les moyens que le venture capitalist utilise afin de contrôler son risque ?  Nous nous proposons d’esquisser les réponses à ces questions ainsi que les mécanismes de l’investissement à risque au cours d’un exposé dûment illustré d’exemples.