Orateur(s)
Dr FLorence Schleich, Médecin Pneumologie (CHU - Liège)

Les composés organiques volatils, outils de diagnostic médical. Comment miniaturiser l’appareil de mesure ?

Résumé
L’atelier «Un pas plus loin» de ce midi portait sur un challenge à la lisière des biotech et de l’ingénierie : la miniaturisation d’un dispositif de mesure des composés organiques volatils.
 
Florence Schleich, pneumologue au CHU de Liège, a ouvert la séance en rappelant en quoi consiste la maladie inflammatoire qu’est l’asthme et en mettant en évidence l’existence de 4 types d’asthme.
Le Docteur a également partagé les résultats de ses travaux aboutissant à l’identification d’une signature de COV dans l’air exhalé, permettant de distinguer les différents phénotypes de l’asthme et d’orienter ainsi, au mieux, le traitement.
 
Les participants étaient invités, ensuite, à répondre au challenge actuel de la scientifique; à savoir, miniaturiser le dispositif de mesure conséquent actuel, pour le rendre moins volumineux et moins couteux. Sur base d’une méthodologie créative, tous ont été amenés à évoquer des technologies en lien avec la problématique, et à élargir la réflexion à des contextes similaires, puis, d’étapes en étapes, ils ont été progressivement conduits jusqu’à délivrer une proposition de prototype. Cet atelier aura permis à Florence Schleich et son équipe de chercheurs de repartir avec de nouvelles pistes de solutions à explorer !

Découvrez ci-dessous les slides :

>br />

Rencontre - Atelier   

L'asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires impliquant de nombreux mécanismes sous-jacents différents. Le phénotypage de l'asthme en fonction de l'inflammation des voies respiratoires permet de cibler la thérapie la plus appropriée au patient diagnostiqué asthmatique.  
 

Actuellement, l'expectoration induite apparaît comme étant la seule solution disponible pour l’évaluation de l'inflammation bronchique dans l'asthme. Sur base de cette technique, quatre phénotypes inflammatoires distincts de l'asthme ont pu être identifiés. Cependant, la collecte des expectorations est complexe et longue et, pour ces raisons, elle est assez difficilement applicable.


Plusieurs études ont déjà démontré l'utilité d’identifier les sources de composants organiques volatils (COV) dans l'air expiré comme outil de diagnostic dans différentes maladies.

Florence Schleich partagera les résultats de ses travaux aboutissant à l’identification d’une signature de COV dans l’air exhalé, permettant de distinguer les différents phénotypes de l’asthme et d’orienter ainsi, au mieux, le traitement.

" Un pas plus loin"
Cette rencontre-atelier intégrera à la fois un exposé du Docteur Schleich sur sa technologie (dont les résultats ont été obtenus en utilisant la technique GC-MS) et une séance de réflexion pour identifier d’autres capteurs ou d’autres technologies capables d’être miniaturisés afin de mesurer les COV tout en diminuant les coûts et la dimension de l’appareil de mesure.