Orateur(s)
Philippe Ledent, Business Unit Manager, Spacebel et Pierre Cobut, Chef de projets, Responsable technique chimie et physique, Odometric

Quand les citoyens et les industriels communiquent pour une cohabitation respectueuse

Résumé
Bel exemple d'innovation collaborative que le projet OMNISCIENTIS présenté, ce midi, à notre tribune par Philippe Ledent (Spacebel) et Pierre Cobut (Odometric).
Toutes deux spin-off de l'ULg, respectivement spécialisées dans les systèmes spatiaux et l'ingénierie logicielle (spatial) et dans la gestion des odeurs et des atmosphères polluées, ces deux entreprises ont mis leur savoir-faire en commun pour développer un système d’information et de suivi des odeurs basé sur des informations fournies par les citoyens et des capteurs innovants.
Si Odometric travaille depuis longtemps avec les nez électroniques, l'innovation (et l'atout majeur) du nouveau dispositif créé est de permettre une communication continue et en direct avec les citoyens. Citoyens qui sont réellement au coeur du principe de la plateforme mobile ODOMIS. En effet, après avoir rappelé la complexité de la notion même de pollution olfactive (multi-factorielle, empreinte de subjectivité), les orateurs ont insisté sur la dimension humaine à prendre nécessairement en compte en vue d'améliorer la cohabitation entre industriels et citoyens. Pour apprivoiser cette relation, la technologie recourt nécessairement aux sciences humaines et sociales, dans une approche qualitative, créant du lien avec les citoyens. Une cohabitation réussie donc, également, entre sciences appliquées et sciences humaines.

+ d'info sur le projet Omniscientis
A lire aussi dans le 15e jour (Mensuel de l'Université de Liège) : Odometric, le laboratoire d’olfactométrie dynamique (mars 2015)

Qu’elle émane de l'industrie, des décharges ou de l’élevage, l’odeur est une nuisance forte voire sévère. Elle est répertoriée comme étant la deuxième source de plaintes par l'ADEME – Agence environnementale française – ainsi que par les instances environnementales en Wallonie.

Elle ne peut cependant être suivie ou réglementée comme un polluant plus classique. Sa perception est liée à un sens ; elle doit être évaluée en termes d'impact et de désagréments potentiels sur les gens.

Face à cette problématique, OMNISCIENTIS propose un système d’information et de suivi des odeurs basé sur des informations fournies par les citoyens et des capteurs innovants tels que des nez électroniques.

Fruit d'une recherche collaborative entre plusieurs entreprises wallonnes (Spacebel, Odometric, Burgo Ardennes…), l'ULg et d'autres partenaires européens, dans le cadre du 7e programme cadre pour la recherche, le développement technologique et la démonstration de l’Union européenne, OMNISCIENTIS a permis de mettre au point un système de suivi de l'acceptabilité des odeurs par des nez électroniques et par la participation citoyenne.

Philippe Ledent (Business Unit Manager, Spacebel) et Pierre Cobut (Chef de projets, Responsable technique chimie et physique, Odometric) nous présenteront les perspectives d’exploitation de ce procédé innovant, tant pour la gestion des odeurs que pour d’autres thématiques environnementales telles le bruit ou les polluants. Ils partageront avec nous cette success story du 7éme programme cadre européen, un bel exemple d'open innovation.